• La mode

     Informations © Chinchillas de Minuit

     

    La mode

     

    http://chinchillasdeminuit.eklablog.com/

    Modèles de manteaux en fourrure en 1900, Modelle der Firma Felix Jungmann, Kuerschner

     

    Il faut se plonger dans le passé pour comprendre l’engouement des gens pour le chinchilla. Son histoire est presque totalement liée à la mode et à l'industrie de la fourrure. Bien que ce soit une partie jugée sombre pour bien des gens, on ne peut pas comprendre ses origines dans nos foyers sans passer par cette étapes. Rappelez-vous aussi que les mentalités étaient bien différentes à cette époque.

     

    Avant la découverte de l’Amérique

    Le port de la fourrure existe depuis que l'humain comprit qu'il pouvait rester au chaud grâce à ces dernières. Dans le cas du chinchilla, il fut utilisé en premier par les Chinchas, un peuple ayant vécu à l'époque précolombienne environ 100 ans avant JC . En ce temps, on retrouvait le chinchilla en abondance à la cordière des Andes. On disait même d'eux qu'ils étaient peut farouches. Les Chinchas utilisaient les chinchillas comme sources de nourriture, pour sa fourrure et même comme animal de compagnie. De nos jours, les chinchillas ne sont plus mangés. Mais son succès fut principalement lié à sa toison.

     

    Un jour, les Incas combattirent les Chinchas et ils prirent le pouvoir. Ils découvrirent du même coup la merveilleuse fourrure de nos amis chinchillas. Tout comme les Chinchas, les Incas utilisèrent la fourrure de ce rongeur pour confectionner nombre d'articles utilisés par l'élite, capes cérémonielles, chapeaux, vestes, etc. À cette époque, le prélèvement des chinchillas sauvage ne causait pas réellement de tors à la population qui était alors très abondante.

     

    La chasse intensive

    La chasse intensive et par conséquent le déclin du chinchilla, débutât avec l'arrivée des espagnoles vers les années 1500. Ce fut une chasse très lucrative qui mena le chinchilla à sa quasi-extinction à l'état sauvage vers les années 1900. Cette époque coïncide avec la belle époque, là où les produits de luxe et "de bon goût" abondent. L'importation fut si importante que la population des chinchillas n'étaient pas capables de se renouveler au même rythme. La demande était plus forte que l'offre si bien que le chinchilla étaient réservé aux riches gens de la haute société ainsi qu'à la royauté.

      

    http://chinchillasdeminuit.eklablog.com/

    Mode masculine, Portrait of Robert de Montesquiou en 1897 Giovanni Boldini

      

    http://chinchillasdeminuit.eklablog.com/

    Femme portant de la fourrure de chinchilla à Paris en 1910, Photo de Pelzkostüm (wahrscheinlich Revillon)

     

    Un temps d'abondances

    Pour vous mettre dans l'esprit de la belle époque, c'est un temps d'abondance, de forte croissance économique pour la France, l'ère des inventions et d'une forte foie en la science. Le début de l'automatisation et des métiers spécialisé commence à voir le jour. Paris est la capitale de la mode, des arts et des lettres. Elle est la vitrine mondiale de la modernité et de l’avancement. De grandes maisons de couture voient le jour et la fourrure est très prisé part tous. La découverte du nouveau monde donne un regain à cette industrie, en apportant de nouvelles espèces à travailler. L'hermine, le renard, le vison, le castor, le lynx et le chinchilla sont les fourrures les plus recherchés. Elles sont principalement portées par les femmes. Contrairement aux hommes, leurs vêtements sont plus complexes et travaillés.

     

    Le port du chinchilla

    Le chinchilla était principalement destiné à la fabrication d'étoles, de manteaux, d'écharpes, pour la confection des chapeaux et des bottes. C'est vers les années 1900 que l’engouement pour la fourrure du chinchilla fut la plus importante même si cette industrie commença à décliner lentement vers 1800. La France devient aussi officiellement la capitale mondiale de la mode avec ses vingtaines de maisons de couture à Paris. Presque tout est fait mains et sur mesure pour les gens. Le près à porté n'existent pas encore, mais on vois les modèles de confection apparaître. La silhouette en "S" est mise de l'avent avec le port du corset "droit devant". On recherche une taille fine et des anches abondantes. Les jupes et les robes sont longues et tombent naturellement sans l'utilisation de structures métalliques. Elles ne sont maintenant soutenue que par des jupons. L'invention de la bicyclette apporte avec elle la création des premiers pantalons féminins. Dans ces années, le port du chapeau pour la femme est important. Il est mal vue de sortir tête nue. De grands chapeliers font leur place au même moment.

     

     http://chinchillasdeminuit.eklablog.com/

    Le corset "droit devant" versus le corset "sablier", Unknown Coronet Corset Co. work-for-hire artist

     

     http://chinchillasdeminuit.eklablog.com/

    Femme portant un manteau de chinchillas 1907, auteur inconnue

     

    Les tanneries

    On voit apparaître beaucoup de tanneries. Ce sont elles qui préparent les peaux et elles sont un maillon important de la chaîne. Elles préparent les peaux en les salent et les séchant sur un cadre. Ensuite, elles les décharnent pour enlever les résidus de chair et les font tremper. Vient ensuite de dégraissage puis un nouveau rinçage. L'étape du pickelage prépare la peau au tannage avec un mélange de vinaigre et d'eau. Le tannage à proprement parler se fait par imprégnation chimique (chrome, aluminium) ou naturel (écorces d'arbres ou graisse animal). Elles sont ensuite de nouveau rincé. On raccommode ensuite les troues et les déchirures avec du fil. L'étape du graissage permet aux fourrures de s'assouplir. Elles sont finalement séché puis préparé à être vendue en appliquant les poinçons et en égalisant les bords. Toutes ses étapes complexes permettre ensuite aux créateurs de mode d'utiliser la fourrure pour leurs créations. Pour un seul manteau ont peut compter de 150 à 200 chinchillas.

      

    http://chinchillasdeminuit.eklablog.com/

    Assemblage des fourrures de chinchillas, ilustration de Heinrich Hanicke et travaille dérivé de Kürschner

      

    http://chinchillasdeminuit.eklablog.com/

    Assemblage des fourrures de chinchillas, illustration par Larisch/Schmid

     

     Le déclin des fourrures

    La mode des fourrures passa au fil des années, notamment due à la montée des droits des animaux et de la création des fourrures synthétiques fabriquées à base des produits pétroliers. Puisque le nombre d'espèces sauvages couramment utilisé étaient en déclin, la création d'élevage s'imposa pour avoir une source fiable de fourrure. C'est ce qui arriva notamment aux visons, aux renards, aux chinchillas, aux lynx, aux lapins et même aux hamsters... Puisque le chinchilla fut presque exterminé à l'état sauvage, la création d'élevage permis de sauver en partie l'espèce. Toujours en déclin, les ferme à fourrure aillent de la difficulté à vendent leurs produits, ils se tournèrent vers le marché des animaux domestiques. C'est autour des années 2000 que le chinchilla devient officiellement un nouvel animal de compagnie.

     

    Article © Chinchillas de Minuit

     

     Informations © Chinchillas de Minuit

    « Mon chinchilla vas mal?Partenariat »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,